Toubab Mangu
vous salue bien

Performance filmée lors de l’exposition Odradek, Les Instants Chavirés, Montreuil, 2015


"L’artiste Aurore Le Duc est un pur produit « made in Cergy » comme elle se présente elle-même parfois. Un environnement de béton qui l’a façonnée et parce qu’une école d’art y est implantée, a décidé de son avenir d’artiste. Pour la session 2, elle a présenté une performance en forme de stand-up où la parole et les gestes viennent articuler différents discours : récit autobiographique, textes théoriques ou littéraires (Teresa de Lauretis, Frantz Fanon et Annie Ernaux), et passages chantés ou chorégraphiés (Tupac Shakur et Anthony and the Johnsons notamment). L’artiste s’y raconte à la confluence de différentes réalités et expériences. Elle fait voir ce collage culturel indiscernable par lequel tout vécu émerge, traversé par des forces plurielles parfois divergentes.

Par potentiel épistémologique radical, j’entends la possibilité (…) de concevoir le sujet social d’une manière différente : un sujet construit dans le genre, bien sûr, pas seulement par la différence sexuelle, mais plutôt à travers les langages et les représentations culturelles ; un sujet en-genré dans l’expérience de la race, de la classe et des relations sexuelles ; un sujet, par conséquent, qui n’est pas unifié mais plutôt multiple, et non tant divisé que contradictoires.

Teresa de Lauretis, Théories queer et culture populaire,
De Foucault à Cronenberg, p. 40 *

L’identité s’appuie ici moins sur des faits que sur des processus de sublimation et de projection où l’on est autant ce que l’on croit être que ce que l’on aimerait être, faisant de chacun une personne en devenir et en suspend. Aurore Le Duc décrit un processus de construction de soi discordant où l’on peut s’identifier à un personnage et à son contraire, où l’on devient copie de copie et où l’identité est une expérience par définition inauthentique, dénaturée, au service d’une stratégie d’intégration à un groupe. Ce qui l’amène à complexifier un donné en apparence aussi simple que “femme blanche hétérosexuelle” en un énoncé non identifié, non répertorié tel que “sénégalaise blanche transgenre de banlieue”.

one day I'll grow up
I’ll be a beautiful woman
one day I'll grow up
I’ll be a beautiful girl

but for today I am a child
for today I am a boy
Antony and the Johnsons, « For Today I Am a Boy »*

Dans une autre performance ("I like to watch", 2012), Aurore Le Duc déclame un texte d'Yves Michaud tout en reproduisant la chorégraphie de Beyoncé "Single Ladies". Son corps est habité par ces deux formes de discours qui viennent tour à tour le contraindre, lui permettre de s’exprimer et peu à peu l’épuisent. Lequel de ces deux exercices est le plus naturel à ce corps ? L’indécidabilité est ce que permet la performance. Face à nous, des gestes, des paroles, des tensions musculaires imperceptibles. Combien de ces détails sont joués ? Quels sont ceux qui échappent ? Où se situe la ligne de démarcation entre l’image consciemment maitrisée par l’artiste d’elle-même et ce qui la traverse malgré elle ?

Mikaela Assolent (site)


* Extraits utilisés par Aurore Le Duc dans sa performance
« Toubab Mangu vous salue bien ! ».