About

Je suis semblable à Fitzcarraldo, le « conquistador de l’inutile ».

Moi aussi j’aurais rêvé de bâtir un opéra au milieu de la jungle amazonienne pour admirer Caruso donner la réplique à Sarah Bernhardt dans la moiteur tropicale.
Non, trop exotique pour moi. Je l’aurais élevé à Cergy, puisque j’y suis née et j’y ai grandi, cela me paraît logique. Ça aurait été un bon début.
J’en aurai fait un monument de béton surplombant la dalle immense et les clients bagarreurs des Kebabs. Contrairement à Fitzcarraldo, je n’aurais pas compté sur les indiens pour mener
à bien mon projet. Non, j’aurais tout fait toute seule. J’aurais érigé cette masse à la seule force de mes bras, j’aurais sué sang et eau pour mériter mon titre de bâtisseuse de l’année.
Comme Fitzacarraldo, j’aurais mené mon projet accompagnée par mes idoles, non pas des voix fantomatiques sortant du pont supérieur d’un bateau blanc, mais d’images d’icônes cathodiques fugaces et distrayantes.
Comme Fitzcarraldo, aveuglé par ma naïveté, j’aurais échoué à deux doigts du but, je n’aurais pas dérivé à travers des rapides infranchissables, je me serais heurté à ma propre faiblesse.
J’y serai presque arrivé, presque.